L’inventeur de la « Sôcisse de Marseille », Charles Assirlikian, fait son entrée à l’Académie de la viande!

Né en 1958 dans une famille de boucher, il a, dès son jeune âge, prêté un grand intérêt à ce métier. Sous ses aspects rudes et sans poésie, la boucherie a toujours nourrit son esprit.
Le point de départ est sûrement l’acte sacrificiel dont son grand oncle lui avait indirectement offert le spectacle, à Pâques en 1964, lorsque dans la cour d’une église arménienne, il avait tranché la gorge d’un agneau, préalablement béni pour la cause, afin que le produit de son corps, la viande, soit offert aux nécessiteux.
Cet acte symbolique était pour lui, encore enfant à cette époque, comme un puzzle qu’il s’est attaché à reconstruire pour donner un sens à sa vie.
Après des études à l’IUT de Gestion des Entreprises et des Administrations en 1980, il a intégré l’entreprise familiale par la petite porte car n’ayant pas tout à fait msa place dans cet outil bien huilé,il entrepris, en plus des heures légales, d’apprendre chez des confrères, ce que le métier pouvait offrir dans toute sa palette.
Suite à cette expérience, il a pris la gérance de l’entreprise familiale en 1983 et créait en 1994 un deuxième établissement dans un centre commercial.
En 1996, la crise de la vache folle lui fit prendre conscience que son métier devait se pratiquer avec beaucoup plus de transparence vis à vis des consommateurs.
Ayant toujours eu un goût pour la communication, il fit la démarche d’annoncer la provenance des viandes qu’il commercialisait, et en deux ans, il réussi à avoir la pleine confiance d’une clientèle sans cesse en progression.
Cette démarche le fit encore plus se rapprocher d’éleveurs et de négociants soucieux de l’enjeu que représente « la qualité » dans leur métier respectif pour ne pas accepter les mauvais compromis.
En 2007, victime du succès qui l’emprisonnait comme chef d’entreprise plutôt que « libre »comme un artisan boucher, il décidait de céder progressivement ses affaires.
Choses faites, et par amour des bons produits, il créait en 2012 avec Marcel Rei, un ami de toujours et boucher d’expérience, une saucisse qui brille tant par ses saveurs inédites que par sa grande qualité : « La Sôcisse de Marseille ».
Depuis, les deux complices ont créé une gamme originale de produits qui fait le bonheur de quelques grands chefs et clients qui cuisinent et consomment leurs produits. Leur objectif est à terme de collaborer avec des éleveurs de la région de la Crau afin de proposer un produit 100% sourcé Bouches du Rhône.
A la question, « quel est l’avenir de la viande ? », il vous dira que si l’homme prends conscience de ce que représente « la modération », en tant que vertu, des solutions existent pour continuer à lui donner la possibilité de se nourrir de façon équilibrée, le plaisir en plus.

PARTAGER L’ARTICLE

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email





DICTIONNAIRE DE LA VIANDE

feuilleter en ligne

français & anglais

1000

MOTS

200

ILLUSTRATIONS COULEUR