Hommages à Bernard Degueuse

Hommage du président de l’Académie de la Viande

Cher Bernard, très cher ami Académicien,
Ta parfaite connaissance des métiers de la viande t’avait ouvert les portes de l’Académie, il y a une quinzaine d’année, d’abord en tant que membre correspondant, puis, très vite, en tant qu’académicien à part entière.
Tu étais très assidu à nos travaux et participais à la plupart de nos réunions. Ton expertise du commerce international que tu partageais volontiers dans nos échanges était riche d’enseignements pour chacun d’entre nous.
Ta connaissance des rouages de l’import-export avec, notamment, les pays du Moyen-Orient ou du Maghreb, ont forgé ton parcours professionnel exemplaire. Aussi bien dans les entreprises que tu as servies, la maison Biret durant  près de 20 ans aux côtés, de ton ami, Maurice Leboeuf, que chez Nevia International que tu as créée et développée par la suite.
La commercialisation du bétail en vif aussi bien que la transformation de la viande en produits élaborés n’avaient aucun secret pour toi. Tu as rendu de fiers services à nos fillières qui ne peuvent que saluer l’ensemble des initiatives que tu as déployées tout au long de ta vie.
Avec un autre de tes amis de toujours, Jean Meunier, Académicien comme toi, vous partagiez la passion du département de l’Allier. Vous lui avez, très souvent, apporté de précieuses  contributions que ce soit dans le domaine économique, scientifique ou encore de la formation.
C’est cette terre natale qui t’accueillera, demain, pour te reposer à jamais de tes longs combats contre la maladie et ses souffrances.
Nous garderons de toi le souvenir d’un homme attachant, discret, affable, courageux, convivial et curieux de tout.
À ton épouse Dany, à ton fils Paul et à toute ta famille nous adressons la reconnaissance collective de tous tes collègues académiciens. Nous nous associons à leur peine et partageons la douleur de ta disparition.
Tu laisses un grand vide, mais  ta mémoire restera longtemps   accrochée à nos pensées, dans les rangs de notre Académie.

Témoignage de François Landrieu, président d’honneur de l’Académie

La disparition prématurée de notre ami Bernard Degueuse est évidemment un nouveau coup très triste porté à notre Académie, dont il était un membre ancien, assidu et compétent. Bien sûr, se souvenir de Bernard, c’est aussi faire référence à l’épopée de la société Biret, dont il fut un pilier au côté notamment de notre ami Maurice Leboeuf et dans le sillage prestigieux de Louis Biret et de notre très cher Louis-Gérard Biret, trop tôt disparu lui aussi. Souvenirs émus d’une période de gloire de la filière viande française, dont les sociétés de commerce international étaient alors parmi les plus actives dans le monde. Bernard Degueuse y avait acquis une vivacité d’analyse et une rapidité de décision dont nous trouvions la manifestation dans nos discussions académiques. Quand la maladie, hélas, l’éloignât progressivement de nous, il fût encore parfois de nos réunions informatiques où nous admirions son courage et son amitié.
A sa famille, à ses proches, nous exprimons notre grande tristesse partagée.

Témoignage de Maurice Leboeuf

Bernard, cher Bernard
Près de toi aujourd’hui, il ne nous est pas possible d’afficher la tristesse qui nous envahit.
Tu nous laisse, en effet, une incroyable leçon de vie : depuis l’âge de 24 ans, la maladie t’a accompagné.
Tu lui as résisté pendant 50 ans. Tu n’en as laissé rien paraître ni, d’abord, devant tes parents, ni ensuite devant tes collègues de notre chère Maison Biret où tu étais un pilier de la maison. Enfin dans ta propre entreprise.
Par tes qualités professionnelles, ta loyauté, ta droiture en affaire, mais aussi ta fidélité en amitié, ta discrétion, tu as forcé l’estime de tous ceux qui t’ont côtoyé.
Ta fureur de vivre, ton esprit toujours en fête y ont ajoutés l’affection de tous.
Un jour de grandes difficultés qui me faisait envisager le pire, tu m’as lancé : « Maurice, après trois ans d’hôpital, on trouve que la vie est belle ! ». Je ne l’ai jamais oublié.
Tu gardes, en nos cœurs, toute ta place et la ferveur de nos pieuses pensées. A ta famille éplorée nous disons avec conviction la chance que nous avons tous eu de faire une partie du chemin avec toi.
Merci Bernard !

Témoignage de Jean Meunier

Cher Bernard ,
Nous nous sommes connus à l’Esix Caen parce que nous étions un peu « pays » mais surtout parce que tu engendrais naturellement la sympathie ! C’ était le début d’une amitié qui dure depuis 52 ans , et d’un soutien indéfectible que tu m’a apporté en tant qu’associé dans notre entreprise Convivial.
Depuis cet improbable projet à l’origine , ta vision des marchés , ton bon sens intuitif et ton mental d’acier ont été des tuteurs qui m’ont bien sûr aidé mais qui nous surprenaient tous régulièrement . J’en garde plus qu’un souvenir , c’était une tournure d’esprit délibérément optimiste et positive dans nos vies professionnelles comme dans nos vies personnelles .
Au chapitre des souvenirs il restera toutes nos aventures sportives et découvertes de pays étrangers, ou rien ne t’apparaissait étrange !
Pars tranquille , cette marque d’esprit perdurera, elle restera longtemps, là bas le long de l Allier tant elle a su marquer les esprits de nos ex collaborateurs, de tous nos amis et de moi-même.

PARTAGER L’ARTICLE

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email





DICTIONNAIRE DE LA VIANDE

feuilleter en ligne

français & anglais

1000

MOTS

200

ILLUSTRATIONS COULEUR