2018 : Prix littéraire et prix scientifique

Un philosophe, une scientifique se sont vu décerner les prix 2018... de l’Académie de la Viande au cours d’un déjeuner servi au restaurant Boucherie Roulière, le 3 décembre.

C’est Alain Finkielkraut de l’Académie Française qui a reçu le prix littéraire pour son ouvrage « Des animaux et des hommes » publié aux éditions Stock – France Culture. Ce livre regroupe les textes d’une série d’émission « Répliques » de France Culture animées par le philosophe qui dialogue avec ses invités sur les hommes et les animaux.

S’adressant à Alain Finkielkraut, le président de l’Académie François Landrieu a souligné la vertu de cet ouvrage qui établit un dialogue entre des personnalités qui ont réfléchi, travaillé, écrit sur le sujet de la relation homme-animal. « Vous-même mettez en lumière que cette question du rapport à l’animal est devenue civilisationnelle, et qu’elle est conduite dans l’impasse par la radicalité de l’antispécisme et la dictature que voudraient imposer végétariens et autres vegans ». Toutefois notre académie rejette les qualificatifs « d’industriel » ou de « concentrationnaire » largement utilisés pour discréditer l’élevage d’aujourd’hui. Moderniser l’élevage en mécanisant une partie du travail et en rationalisant les méthodes de production reste une nécessité pour alléger le travail et pour offrir une rémunération convenable aux éleveurs.

Dans sa réponse Alain Finkielkraut a fait part de sa surprise de se voir ainsi honoré par une Académie s’intéressant à la viande alors que son ouvrage est centré sur l’animal vivant. L’irruption récente de la cause animale sur la scène politique et le questionnement de la société sur les méthodes actuelles d’élevage conduisent souvent à des conclusions extrêmes voire extrémistes portées par les militants antispécistes. Cette nouvelle sensibilité et la compassion de l’homme envers les animaux peuvent changer la donne et ouvrir la voie à une relation homme-animal plus apaisée.

Le prix scientifique 2018 de l’Académie a été remis à Véronique Santé-Lhoutellier, directrice de recherche à l’Inra et responsable du laboratoire de la qualité des produits animaux de Theix, pour ses travaux sur « La digestion des protéines animales en fonction de la cuisson ».

René Laporte, secrétaire de l’Académie de la Viande a souligné l’intérêt de cette étude qui répond à une interrogation déjà ancienne des professionnels et de nutritionnistes. Cette étude portant essentiellement sur la viande porcine démontre une meilleure digestibilité des protéines pour des viandes moins cuites ce qui pourrait déboucher sur des recommandations nouvelles pour la cuisson des viandes.

Véronique Santé-Lhoutellier a souligné tout l’intérêt de l’élevage et des productions animales dans l’équilibre et la vitalité économique de régions comme le Massif Central dans lequel est implanté son laboratoire de recherche. Certes d’autres études restent à conduire dans ce domaine de la digestibilité des aliments et la disponibilité des nutriments mais on peut affirmer haut et fort face aux détracteurs que les produits animaux dont la viande ont des qualités nutritionnelles exceptionnelles pour l’homme.

Un philosophe et une scientifique honorés cette année par l’Académie de la viande c’est bien le signe que, dans le débat Homme-Animal qui nous occupe aujourd’hui, la réponse se trouve en même temps dans la philosophie et dans la science.

PARTAGER L’ARTICLE

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email





DICTIONNAIRE DE LA VIANDE

feuilleter en ligne

français & anglais

1000

MOTS

200

ILLUSTRATIONS COULEUR