19
Jeu, Sep

Assemblée Générale du 9 février 2015

Plus de 35 académiciens ont participé à la récente assemblée générale de notre Académie le 9 février dernier...

Plus de 35 académiciens ont participé à la récente assemblée générale de notre Académie le 9 février dernier. Il faut dire que le programme était alléchant : en matinée la projection privée du film « Steak (R) évolution » avec un débat en présence du réalisateur Franck Ribière.
L’après-midi a débuté par la présentation des « nouvelles dénominations des viandes vendues en libre-service » par Denis Lerouge, directeur du Département Communication Produits & Promotion d’Interbev.
L’assemblée générale a également élu au Conseil d’Administration Marc Pagès, directeur général d’Interbev, au poste de vice-président.
Le président François Landrieu dans son rapport moral a rappelé les principales actions conduites en 2014 par l’Académie.

« L’année qui vient de s’écouler a été riche d’évènements pour les métiers de la viande, riches aussi de bonnes et de moins bonnes nouvelles pour les observateurs que nous sommes. Le discours envahissant de ceux que nous appellerons les anti-viandes, faute d’un nom plus précis - peut-être les carnophobes ?- n’a fait que s’amplifier. Notre académie a été souvent sollicitée par les médias pour participer à ce débat sans fin, je remercie sur ce point René Laporte, notre secrétaire, qui a accepté la corvée plus souvent qu’à son tour.
Mais nombre d’académiciens ont eu leur mot à dire cette année, je pense à Jacques Servière, à Jean François Hoquette, mais aussi à Jeanne Brugères-Picoux, à Olivier Metzger encore récemment au Sirha, bref à tous ceux qui par leur interventions publiques ou médiatiques et leurs publications ont été amenés à contrer les arguments de nos adversaires.
Prendrons-nous pour une bonne action les nouvelles dénominations des morceaux de viande vendus en libre-service ? Bien sûr, nous devons surmonter un premier mouvement fortement conservateur et donc hostile, mais que serait une académie qui ne serait pas teintée d’un peu de cet aimable conservatisme ?
Nous venons de voir ce problème un peu plus en détail, nous ne prendrons pas ici, et pas aujourd’hui, une position que personne, au demeurant, ne nous demande de prendre. Nous dresserons dans quelques mois le premier bilan de cette initiative interprofessionnelle. Et même si les étoiles brillent alors d’un feu suffisant, nous savons bien que nous garderons une tendresse particulière et à notre avis justifiée pour les appellations de morceaux qui appartiennent depuis des siècles à notre vocabulaire – notre académie et notre dictionnaire ont évidemment à prendre en compte ces évolutions.

L’activité de notre académie a été assez foisonnante au cours de l’année 2014.Une séance plénière, le 30 juin, dans les locaux d’Inaporc, consacrée au compte rendu du Congrès Mondial de la Viande de Pékin, par son secrétaire général notre collègue Hsin Huang, et par notre secrétaire René Laporte qui en revenait. A noter qu’au cours de ce congrès notre collègue académicien Guillaume Roué a été élu président de l’Office mondial des Viandes.
Autre belle manifestation de l’académie : une visite des installations de notre collègue Jean Denaux à Sens, dans l’Yonne. Cela s’est déroulé le 10 octobre, avec une bonne vingtaine de participant. La conduite de la maturation, particulièrement bien maitrisée permet d’obtenir des durées particulièrement longues, au-delà de 60 jours pour certaines pièces. Une dégustation comparée et commentée de plusieurs types de viandes a été organisée sur place : Bœuf de Charolles, Bœuf Hereford d’Irlande, Bœuf Wagyu dans la finition « Kobé », Porc Cul Noir du Limousin.
Les 4 et 5 novembre 2014 se tenaient à Clermont Ferrand les Quinzièmes Journées des Sciences du Muscle et Technologie des Viandes, avec la participation active de notre ami Jean François Hoquette. Nos collègues académiciens Jacques Pujol et Pascal Mainsant ont remis la médaille de l’Académie de la Viande à un chercheur de l’INRA-Theix, M. Stéphane Portanguen, pour sa remarquable communication écrite portant sur «l’étude expérimentale de la croûte de la viande cuite », cette croûte qui se forme à la surface des viandes lors de leur grillage/rôtissage sous l’effet notamment de la réaction de Maillard où entrent en jeu des mécanismes complexes de transformation des protéines et des sucres.
Nous avons comme d’habitude terminé l’année avec, le 2 décembre, la cérémonie de remise de notre Prix du Livre de l’Académie. La petite commission animée par notre consœur Brigitte Richon avait, dans l’année écoulée, repéré deux ou trois publications qui auraient pu prétendre au prix.
Mais finalement celui-ci a été attribué au magazine trimestriel BEEF, publié par le groupe CEOL Presse, et lancé au début de 2014. Nous avons apprécié qu’un magazine grand public comme celui-ci se donne pour tâche de présenter sous un jour objectif et bien documenté nos produits et nos métiers.
La cérémonie s’est déroulée au restaurant Le Café des Abattoirs, rue Gomboust à Paris, qui avait été entièrement privatisé pour la circonstance.

J’ajouterai pour terminer que comme les années précédentes, Interbev nous convie tous à un déjeuner le vendredi 27 février sur le stand de la filière viande du Salon de l’agriculture ».

 

Recherche

Nous contacter

Le dictionnaire

 dicoviande250

800 pages, 1.000 mots, 200 illustrations, le Dictionnaire de l'Académie de la Viande français-anglais est paru à l'occasion du Congrès Mondial de la Viande (4-6 juin 2012 à Paris).

L'ouvrage (2012) et la version numérique augmentée et mise à jour (2014) sont en vente sur le site des Editions Autres Voix