19
Jeu, Sep

2015 : "La revanche du bœuf français"

Documentaire de Vincent Guérin sur France 5

 

Voici donc notre lauréat pour ce Prix de l’Académie 2015. Un prix que nous n’attribuons pas, pour la première fois, à un livre, mais à une production audio visuelle, votre reportage intitulé « La revanche du bœuf français ». Ce reportage est passé déjà à deux reprises, en septembre puis au début d’octobre sur les antennes de France 5.

Ce que nous avons apprécié dans votre film, c’est l’objectivité de l’enquête, la qualité des interviews et des reportages, une vision globale sur un sujet qui malheureusement fait trop souvent l’objet d’un traitement polémique en ce moment. Un bon dossier, une information sérieuse, un traitement agréable. Une production qui méritait à coup sûr que les gens de la viande que nous sommes s’intéresse à vous. A vous et à la société Morgane Productions qui a produit votre film et qui est ici représentée par MM Carlos Pinsky, producteur, et Samuel Guiot, directeur de production.


GuerinVous êtes, cher M. Guérin, né il y a 43 ans en Isère, mais les hasards de la vie, les choix universitaires et professionnels vous amènent dans la région Nord. Etudiant à l’université de Valenciennes, où le pôle d’enseignement audiovisuel est très important et renommé, vous résidez aujourd’hui à Lambersart, sur les rives de la Deûle.
Votre activité d’auteur et de réalisateur de film documentaires vous a amené dans un passé récent à vos intéresser à de sujets très divers. Les titres parlent d’eux même :
Chauffe qui peut - France 5 - 2013
Carcassonne, les secrets de la citadelle - France 5 - 2013
Plus beaux Villages de France - M6 Capital - 2013
Sel, notre poison quotidien - Canal Plus – 2014
Jusqu’ici, mon cher Guérin, tout va bien et vous pouvez goûter les lauriers que nous vous tressons en toute innocence et tranquillité.
Hélas, hélas, nous devons à notre assemblée toute la vérité. Vous avez dû nous en faire l’aveu : vous ne mangez pas de viande. Un peu de volaille ou de charcuterie, c’est tout. Par goût dites-vous, pas par principe. Evidemment cela ternit une peu votre gloire, mais après tout, ces circonstances montrerons notre extrême tolérance.
S’il le faut nous ferons même jouer la plus totale mauvaise foi en affirmant que quand parfois dans votre film vous égratignez un peu la viande, c’est que vous n’y connaissez rien. Et que quand vous en dites du bien, c’est avec une objectivité totalement dégagée de vos goûts personnels.
Mon cher Guérin, nous sommes en tout cas heureux de pouvoir vous remettre le Prix 2015 de l’Académie de la Viande, en souhaitant que vous poursuiviez votre belle carrière au service d’une information complète, objective et sereine.


Le film

Dimanche 6 septembre 2015 à 20h40 sur France 5, ce documentaire de 52 minutes de Vincent Guérin, délicieux et truffé d'informations met en lumière le bœuf français. Mettez-vous à table et affûtez vos couteaux !
Et si le bœuf français était l'un des meilleurs au monde ? Bêtes de concours, bœuf cidré, hibernation, millésimes et appellations : l'univers du bœuf d'exception made in France n'a plus rien à envier à celui des vins et des fromages. Depuis les montagnes du Nevada jusqu'aux palaces de Hong Kong, de la boucherie de quartier aux tables des plus grands chefs, des passionnés innovent et travaillent sans relâche pour atteindre l'excellence.
Dans La revanche du bœuf français, les éleveurs-bouchers et les grands chefs prouvent que nous n'avons pas à rougir face aux célèbres bœufs japonais de Kobe. Le bonheur est donc dans le pré pour les Limousines, Normandes, Blondes d'Aquitaine, Gasconnes et Aubracs. Ce documentaire culinaire aux petits oignons, explore cet univers fascinant et apporte une conclusion évidente : le luxe à la française, c'est aussi du bœuf d'exception.
Pour illustrer ces propos, des éleveurs, des bouchers et des chefs affûtent leurs arguments.
Alexandre, 25 ans, est parti à la conquête de la planète avec sa viande exceptionnelle. Pour la conserver, il utilise un procédé révolutionnaire : l'hibernation. Et il peut vendre une côte de bœuf millésimée 3 000€ !
Hugo est le boucher star des plus grandes tables, comme celles de l'Elysée et du Sénat. Jacques-Henri, lui, parcourt la France des concours et n'achète que des premiers prix. Stéphane est un magicien de la découpe qui rêve de devenir meilleur ouvrier de France dans son domaine. Paul possède un ranch de 250 000 hectares dans l'état du Nevada et il veut conquérir le marché d'outre-Atlantique avec la Gasconne !
Mais le meilleur est à venir avec l'éleveur François. On connaît le secret du bœuf de Kobe, le plus recherché et le plus cher au monde, les animaux sont élevés à la bière. François, lui, a choisi de leur offrir lors les quatre derniers mois de leur vie 15 litres de cidre par jour. De plus, les bêtes sont nourries 100% bio, écoutent de la musique classique et peuvent se frotter à un rouleau de massage. Selon les experts qui ont goûté la viande, “elle est sublime, d'une tendresse et d'une saveur exceptionnelle, elle est moins grasse que celle de Kobe et moins chère aussi.”
Les portraits savoureux de ces amoureux de la belle et bonne viande française nous ont convaincus. A table et si on se faisait un pavé !

Recherche

Nous contacter

Le dictionnaire

 dicoviande250

800 pages, 1.000 mots, 200 illustrations, le Dictionnaire de l'Académie de la Viande français-anglais est paru à l'occasion du Congrès Mondial de la Viande (4-6 juin 2012 à Paris).

L'ouvrage (2012) et la version numérique augmentée et mise à jour (2014) sont en vente sur le site des Editions Autres Voix